Corcovado : 3 jours de randonnée au coeur de la jungle costaricaine

Corcovado : 3 jours de randonnée au coeur de la jungle costaricaine

Pour notre première étape en Amérique Centrale nous décidons de partir directement au Sud-Ouest du Costa Rica afin de nous rendre au parc national Corcovado, véritable refuge pour de nombreux animaux.

Après une journée de transport entre San Jose, la capitale du Costa Rica, et Puerto Jimenez, le principal point d’accès à Corcovado, nous arrivons sur place après la fermeture du bureau du parc (16h). Une agence de voyages étant située en bas de notre hôtel, nous prenons quelques informations et après avoir fait quelques vérifications sur internet sur le nom du guide que nous donne notre intermédiaire (un certain Juan Carlos qui semble avoir de bons retours sur les forums), nous bookons pour le sur-lendemain 3 jours de randonnées dans le parc Corcovado. Finalement, juste après avoir payé, le charmant monsieur nous indique que Juan Carlos ne sera peut-être pas disponible et que ce sera peut-être son frère qui le remplacera…

Nous profitons donc de notre journée d’attente à Puerto Jimenez pour nous rendre sur la petite plage du village. Nous retrouvons la chaleur de l’eau asiatique. Le bonheur pour se baigner ! En milieu d’après-midi, nous rentrons à l’hôtel et allons faire quelques courses pour nos 3 jours dans le parc. En effet, il nous faut prévoir l’ensemble de nos repas puisque bien sûr, il n’y a aucun moyen d’acheter de la nourriture dans la jungle. La nuit tombée (à peine 17h30 ici!) nous partons, comme convenu la veille, à la recherche du monsieur de l’agence pour avoir les dernières informations. Il nous dit qu’il n’a toujours pas la confirmation du nom de notre guide (mais bien sûr !) mais que tout est bon pour demain. Le rendez-vous est fixé à 5h45.

Jour 1 : Carate – La Sirena

Alors que le « hyper fiable monsieur de l’agence » devait être là pour récupérer nos gros sacs à dos et les garder pendant notre absence, nous faisons seuls la rencontre de notre guide Dany (le frère de Juan Carlos!). Nous filons donc en vitesse chez lui (le mec de l’agence) pour poser nos sacs et prenons tous les 3 le collectivo (un gros camion pour transporter le plus de personnes possibles) en direction de Carate, le village de départ de notre randonnée. 2h30 plus tard (et un arrêt inutile de 25min à quelques petits kilomètres de notre destination dans le « café du copain du chauffeur » !), nous démarrons notre randonnée. Par chance et compte tenu du fait que nous sommes en basse saison, nous ne sommes que tous les 2 avec Dany. Après quelques mètres, nous franchissons une premier petit cours d’eau. Nos différentes randonnées dans la jungle asiatique nous ont permis d’être totalement à l’aise (on jongle facilement entre les troncs d’arbre couchés et les petites pierres au milieu des ruisseaux). Dany nous donne de nombreuses explications sur les premiers arbres/plantes que nous rencontrons et nous fait goûter quelques fruits et feuilles trouvés dans la jungle. Rapidement nous croisons de nombreux animaux : des singes-araignées, des singes-hurleurs, des capucins, des coatis en groupe, un fourmilier, des magnifiques perroquets ! En l’espace de quelques heures, nous nous rendons compte de la diversité de la faune et la flore du parc. Tout cela se passe en plus à quelques mètres d’une plage magnifique !

Corcovado_plage-3

Corcovado_plage-4

La plage qui borde le parc Corcovado

Corcovado_rando

Corcovado_rando-2

C’est parti pour 3 jours de randonnée !

Corcovado_fourmilier-2

Un fourmilier

Corcovado_perroquet-2

Un superbe perroquet

Corcovado_coati

Un coati

Corcovado_chauve-souris

Une chauve-souris retrouvée blessée

Corcovado_plage-2

L’un des bras de mer à franchir

Alors que nous avons déjà marché près de 4h, nous faisons une petite pause déjeuner. Nous sommes rejoints par un autre guide et Arik, un touriste israëlien avec qui nous passerons finalement les 3 jours. Notre guide nous apprend que nous devons attendre ici que la marée descende car le seul passage est par la plage et à cette heure-ci, tout est sous l’eau (nous avons croisé un peu plus tôt un espagnol qui nous a indiqué avoir dû nager 2 fois dans la mer avec toutes ses affaires pour rejoindre le point central du parc…) ! Finalement ce n’est qu’à 14h45 (soit 2h plus tard) que nous reprenons le chemin avec hésitation, mais le temps presse. Nous devons franchir des rochers encore immergés par certaines vagues. Nous suivons les deux guides et lors du premier passage Marion se retrouve trempée par une vague qui est venue s’écraser contre elle alors que quelques secondes plus tôt je n’avais de l’eau que jusqu’à la taille. Nous poursuivons notre chemin à un rythme étrange. Par moment les guides sont à la limite de courir (en voyant la fin de journée arrivée et le long chemin nous restant à parcourir) puis quelques minutes après ils ralentissent énormément. Après un dernier « arrêt noix de coco » pour nous redonner des forces (l’avantage d’être en pleine nature est que nos guides peuvent cueillir des noix de coco fraîches et nous les ouvrir afin que nous les dégustions immédiatement), la vue de quelques singes, coatis et fourmiliers, nous devons finalement traverser (en vitesse!) une dernière rivière (elles abritent des crocodiles!) et rejoignons à la lueur de nos frontales la station de rangers de La Sirena, le point central du parc Corcovado.

Corcovado_squelette_baleine

Un squelette de baleine, là où nous avons dû attendre la marée

Corcovado_fourmilier

Un autre fourmilier

Corcovado_plage

La côte du parc Corcovado

Corcovado-coucher-de-soleil-2

Coucher de soleil avant de rejoindre la station de La Sirena

Alors que l’agence par laquelle nous sommes passés nous a dit que nous pourrions cuisiner sur place (le fameux monsieur hyper fiable nous avait dit de prendre des pâtes!), Dany notre guide nous apprend qu’il est impossible de cuisiner ! Le ton monte un peu (il fait nuit, nous sommes trempés de sueurs et d’eau de mer, sommes épuisés par les 20 km que nous avons parcourus aujourd’hui et accessoirement nous devons encore tenir 2 jours avec pour principaux aliments des pâtes que nous ne pouvons faire cuire!). Finalement nous finissons par préparer un repas pour tous les 5 (les 2 guides, Arik et nous 2) à l’aide de nos provisions, celles de l’autre guide et d’Arik mais aussi de leur gaz. Ouf! nous pouvons nous coucher le ventre plein !

Nous nous effondrons de fatigue dans une tente déjà montée. Le réveil est prévu à 5h demain pour un départ à 6h afin d’observer au mieux les animaux autour de La Sirena.

Jour 2 : Balades autour de La Sirena

Comme prévu, nous nous réveillons à 5h et déjeunons quelques tranches de pain de mie dans notre tente avant de nous préparer. En sortant, le second guide nous apprend qu’il prépare le petit-déjeuner pour tout le monde : riz, haricots noirs, sardines. Avec ça, nous ne risquons pas d’avoir faim dans la matinée !

Dès les premiers mètres dans la jungle, les guides repèrent de nombreux animaux : des dindes sauvages (beaucoup plus grosses que celles d’Australie!), des coatis, nos premiers toucans et de nombreux singes. Le but de cette journée est toutefois de voir un tapir et pourquoi pas un puma ! Les deux guides prennent leur temps pour mieux repérer les animaux. Nous marchons un peu hors sentier et repérons enfin un tapir. Il est allongé dans le marécage et ne bouge pas du tout. Nous pouvons rester plusieurs minutes à l’observer !

Corcovado_tapir

Un tapir dans son marécage

De retour sur la plage, Dany est tout heureux de nous faire un tatouage naturel. L’un des fruits de la jungle libère une texture marquant la peau pendant plusieurs semaines. A ce jour, j’ai toujours sur mon bras, le fameux PURA VIDA du Costa Rica de tatoué ! De cette même plage, l’un des deux guides repèrent au loin un crocodile. En effet, l’animal est en train de déguster une dinde sauvage. Nous nous approchons tout doucement pour finalement l’observer à une dizaine de mètres seulement. Il reste impassible sur la plage à tenter d’avaler la dinde alors que de nombreux oiseaux sont autour pour essayer d’avoir un reste de viande!

Corcovado_caiman-2

Corcovado_caiman

Le crocodile rencontré

Le reste de la matinée se passera dans la jungle à observer les lézards, les singes, à en apprendre plus sur les arbres de la forêt. De retour après 3h de randonnée à La Sirena, nos guides nous préparent un nouveau bon repas qui sera suivi d’une petite sieste.

Corcovado_lezard-3

Corcovado_arbres

L’un des magnifiques arbres du parc

En début d’après-midi, nous repartons pour une nouvelle randonnée dans la jungle aux alentours de La Sirena. Nos guides nous apportent toujours de nombreuses explications sur la jungle et les animaux sont toujours aussi présents : singes, toucans, dindes sauvages, oiseaux en tous genres, meutes de coatis…Nous arrivons au Rio Claro, la rivière que nous avions traversée la veille. Nos deux guides cherchent des crocodiles et nous apprenent également que des requins remontent parfois cette rivière ! Un peu plus loin nous pouvons nous baigner et nous rafraîchir un petit moment. Cela fait un bien fou avec cette chaleur étouffante. Nous pensions avoir atteint le summum de l’humidité en Asie mais finalement nous nous rendons compte qu’ici c’est peut-être encore pire ! Après cette petite pause revivifiante, nous regagnons la station de La Sirena. Nous nous arrêtons en chemin admirer un nouveau groupe de coatis quand soudain Marion aperçoit un autre animal. Il s’agit d’un cochon sauvage ! Tout à coup, il pousse un cri et l’ensemble du groupe de coatis fuit dans les arbres. Le moment est magique. Admirer le comportement des animaux dans leur milieu naturel est incroyable! Un peu plus loin, nous apercevons d’autres cochons sauvages, ils sont en groupe afin de se protéger d’éventuels prédateurs. Nous restons immobiles et le groupe de cochons passe à quelques mètres de nous ! Un chouette moment pour clôturer cette superbe journée.

Corcovado_heron

Un héron

Corcovado_lezard-2

Corcovado_lezard

Quelques autres lézards

Corcovado_singe-ecureuil

Un singe-écureuil

Corcovado_toucan

Un toucan

Corcovado_ecureuil

Un écureuil

Corcovado_oiseaux

Corcovado_oiseaux-2

Deux autres oiseaux

Corcovado_Rio-claro

Le fameux Rio Claro

Corcovado_cochon-sauvage

Un cochon sauvage

Corcovado-coucher-de-soleil

Second coucher de soleil depuis le parc Corcovado

Après un nouveau bol de pâtes, nous gagnons notre tente épuisés mais heureux de cette journée. Demain, le réveil est prévu à 4h00 pour un départ vers 4h30-5h00.

Jour 3 : Retour à Puerto Jimenez

C’est finalement à 3h50 que notre guide nous réveille. Nous partons de bonne heure pour éviter le plus possible la chaleur et les marées. A 4h15, le départ est donné. La lune éclaire le chemin et nous n’avons presque pas besoin de notre lampe frontale. Après 30 minutes de marche, nous arrivons au Rio Claro (vous vous rappelez ?! la rivière avec des crocodiles et des requins!). Le premier guide a de l’eau jusqu’au torse et le courant a l’air violent. En effet, lors de mon passage (le sac à dos, l’appareil photo et les chaussures au-dessus de la tête!) je me retrouve avec de l’eau au-dessus de la taille à résister contre le courant de la rivière. Il est 4h45 et nous sommes déjà trempés, la journée s’annonce longue ! Heureusement, aucun crocodile lors de notre passage…

Nous poursuivons notre chemin pendant encore deux bonnes heures avant de faire une pause petit-déjeuner. Les guides sortent les derniers victuailles : saucisses, tomates, fromage, chips de banane, thon… Un peu dur pour nous comme petit-déjeuner, heureusement nous avions encore des gâteaux en réserve.

Nous nous arrêtons un peu plus loin pour déguster une noix de coco puis encore un peu plus loin pour faire un arrêt baignade dans une petite cascade ! L’eau est fraîche et comme la veille cela fait un bien fou avec la chaleur ambiante.

8h après être partis de la station de La Sirena, nous arrivons à Carate. Nous profitons de la voiture de location d’Arik pour rejoindre Puerto Jimenez plus rapidement qu’avec le collectivo.

Corcovado_perroquet

Un perroquet bien caché

Corcovado_singes

L’un des nombreux singes du parc

Nous allons récupérer nos sacs à dos puis retrouvons Arik autour d’une bière et d’un jus de fruit et allons enfin laver nos affaires puantes !

Nous sommes totalement épuisés de ces trois jours de randonnée et de la cinquantaine de kilomètres parcourus mais tellement contents de l’avoir fait! Le parc de Corcovado restera l’un de nos meilleurs souvenirs du tour du monde pour observer la faune et la flore.

Les astuces de M & R

  • pour rejoindre Puerto Jimenez depuis San Jose : des bus directs partent de la gare routière Atlantico Norte (angle Calle 12 et Avenida 9) à 8h00 et 12h00. Le trajet dure 8h et nous avons pris le bus de 8h00. Le prix du billet est de 7 855 CLC.
  • pour se loger à Puerto Jimenez : nous avons logé à Cabinas Carolina. Le restaurant est assez cher mais les chambres sont tout à fait correctes. Nous avons payé 10 000 CLC par nuit pour une chambre avec ventilateur et salle de bains privée. Un bar-karaoké est situé juste en face de l’hôtel et le bruit peut durer quasiment toute la nuit…
  • pour visiter le parc Corcovado : nous sommes passés par l’agence située en-dessous des Cabinas Carolina. Nous ne vous conseillons pas cette agence à cause du manque de sérieux et d’informations. Notre guide Dany était toutefois très compétent pour repérer les animaux. Nous vous conseillons de traiter directement avec un guide depuis le bureau du parc situé près de l’aéroport à Puerto Jimenez. Vous pourrez ainsi définir ce que vous devez prendre ou non, ce que vous attendez de lui,… Concernant les prix, l’accès quotidien au parc est de 15 USD/personne, le camping à la station de La Sirena est de 4 USD/personne, le transport entre Puerto Jimenez et Carate est de 9 USD/trajet (2h-2h30 de trajet) et un guide coûte environ 100 USD par jour (nous avons payé le nôtre 80 USD par jour) ; indispensable compte tenu des marées et du chemin non indiqué.

Où se trouve le parc Corcovado ?

Itinéraires

8 réponses à “Corcovado : 3 jours de randonnée au coeur de la jungle costaricaine”

  1. ROBIN dit :

    Magnifique récit très détaillé.
    Avons eu les mêmes problèmes que vous avec cette agence que nous déconseillons fortement.

    PAS FIABLE DU TOUT.

    • marionetrenaud dit :

      C’est vrai que nous avions été déçus par l’agence mais les deux guides étaient au final très complémentaires. L’un dans l’autre, le résultat était génial!

  2. Yves dit :

    Superbe description ! Bravo et merci. Ca fait vraiment envie et plaisir de lire qu’il existe encore des aventuriers ! 🙂
    Nous on va partir à Pâques 2016 en famille avec nos deux enfants (10 et 12 ans… habitués à la marche et l’aventure) mais on se demande si le trek est réaliste pour eux (surtout les passages de rivière!!!)! Qu’en pensez-vous?
    Sinon, est-ce vraiment réaliste de trouver le guide sur place sans réserver ou plutôt de passer par une agence (Surcos Tours par exemple)? On a un peu de peine à trancher entre l’approche de venir via Puerto Jimenez ou plutôt de venir par le bateau (Sierpe et Bahia Drake) sur la côte pacifique!
    Voilà… ce serait cool de pouvoir profiter de votre belle expérience.
    Bonne année à vous
    Yves

    • marionetrenaud dit :

      Bonsoir et merci pour votre message.
      Tout d’abord en ce qui concerne la période, normalement ça devrait être le moment idéal au niveau climat pour le Costa Rica même si là-bas il peut pleuvoir un peu n’importe quand. Attention tout de même si vous tombez pendant la « Semana Santa », vers Pâques, car en Amérique Centrale les gens sont en vacances et visiblement voyagent énormément. Les prix peuvent s’envoler très vite et les excursions être vite pleines.
      En ce qui concerne la difficulté du trek avec vos enfants, le chemin est principalement plat à l’aller comme au retour (c’est sur le même chemin) si vous prenez Puerto Jimenez comme base de départ. La journée sur place est agréable car les marches ne sont pas trop longues. Le seul moment très difficiles (y compris pour les adultes) est le passage de la rivière environ 45min avant d’arriver à la station des rangers. En fonction de la marée, il peut y avoir du courant et de l’eau jusque la taille mais si vous êtes des aventuriers, vous pourrez porter vos enfants sur vos épaules et ainsi franchir cette rivière.
      Pour la réservation du tour, nous ne savons pas trop quoi vous dire car nous y sommes allés en saison vraiment basse et il y avait donc beaucoup de guides disponibles. En avril, il est probable qu’il y ait beaucoup plus de monde surtout si ça coïncide avec les vacances européennes et/ou américaines. Essayez peut-être de trouver les coordonnées d’un guide sur internet pour vous renseigner sur ses disponibilités. Tout dépend également si vous êtes prêts ou non à passer plusieurs jours à Puerto Jimenez avant de partir randonner.
      Pour ce qui est de Sierpe / Bahia Drake, nous ne saurons pas trop vous conseiller. Une chose est certaine, le coût est bien plus important avec cette option. Visiblement, il n’y a quasiment personne qui emprunte le chemin de randonnée et les excursions se font également en bateau depuis Bahia Drake jusque La Sirena puis les gens randonnent à La Sirena et repartent soit le jour même soit le lendemain (c’est en tout cas les seuls cas de configuration que nous avons vu pendant notre périple).
      Notre conseil si vous partez par une agence c’est d’essayer de voir tout de même le guide, comme cela vous pourrez vous assurer qu’il vous convient et vous organiser pour les provisions, etc. Nous n’avons pas vraiment d’agence à vous conseiller.
      Pour le choix entre Puerto Jimenez et Bahia Drake, nous ne pouvons pas non plus trop vous aiguiller. Il est certain que Puerto Jimenez n’est pas nécessairement la plus belle ville du Costa Rica mais assez pratique d’accès comparé à Bahia Drake si vous n’êtes pas « véhiculés ».
      Nous espérons avoir pu vous aider un peu dans vos choix. N’hésitez surtout pas à nous contacter par email si vous le souhaitez.
      Nous vous souhaitons également une excellente année à vous 4, pleine d’aventures, d’évasions et de découvertes.
      Marion & Renaud

  3. Cécilia dit :

    Tous ces animaux, c’est génial! trop trop bien!! 😀
    Je savais que le Costa Rica avait une riche faune et flore, mais là! waouh!
    Super de lire des carnets de voyages sur cette destination c’est tellement rare!
    Est ce que 3 jours étaient vraiment nécessaires pour cette rando?

    • marionetrenaud dit :

      Oui on pense que 3 jours étaient nécessaire, ce qui permet d’atteindre la station de La Sirena (1 journée de rando rien que pour y aller). Mais il est tout de même possible de se balader une journée dans le parc depuis Carate et l’on peut voir pas mal d’animaux 😉

  4. Katia dit :

    Rrroooohhh Ca avait l’air vraiment top !!! Les photos sont magnifiques… Il manque juste celle du tatouage ;);)
    Et sinon je confirme votre habileté pour passer les petites rivières et les troncs d’arbres. Je me marre à chaque fois que je revois le passage de tronc d’arbre dans le parc du Taman negara en malaisie 🙂
    En tous cas le trek avait l’air vachement physique et pas évident du tout meme si Ca valait la peine vu tous les animaux que vous avez vu
    Bon allez, je vais encore lire un article et puis il faut vraiment que j’aille faire dodo car il est 1h20 du matin ici (#addictàvosaventures).
    Bisouxxx !!

    • marionetrenaud dit :

      C’est vrai que c’était bien mais vraiment éprouvant. Pour les passages de pont en plus ici ils n’ont pas vraiment la galanterie d’aider Marion à passer, ils avancent et on se débrouille derrière. Mais à chaque fois on pense bien à toi.
      Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.