Les vaccins : faites vos choix!

Les vaccins : faites vos choix!

Quand on part à l’étranger pendant plus ou moins longtemps, l’une des questions récurrentes est la vaccination et le traitement contre les maladies « exotiques ».

Quels vaccins sont obligatoires? Quels vaccins sont conseillés? Quels vaccins allez-vous faire?

Premiers renseignements pris sur Internet et premiers constats : on trouve, comme bien souvent, tout et son contraire!

Ne prenez que l’exemple du paludisme. Certains sont prêts à prendre un traitement anti-paludéen chaque jour pendant 6 mois même si ils partent dans des zones que peu concernées, alors que d’autres n’ont même pas un répulsif alors qu’ils se rendent en Afrique de l’Ouest.

Bref, pour nous faire notre propre idée, nous nous sommes tournés vers l’ISBA à Lyon. C’est une structure de conseils, de prévention et d’actions de santé, particulièrement sur la médecine du voyage. Il y a des centres en Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Franche-Comté et Limousin. Si vous voulez plus d’informations, rendez-vous sur le site de l’ISBA : www.isbasante.com

Nous avons expliqué notre motivation à notre médecin. En gros, nous voulons savoir à quelle maladie correspondaient les vaccins, quel(s) étai(en)t le(s) risque(s) et comment pouvions-nous guérir si l’on était contaminé.

Notre médecin nous a parlé principalement de 5 vaccins possibles :

  • la fièvre jaune :

On est vite passé car on ne va pas dans des zones touchées par cette maladie. Renaud est déjà vacciné, Marion pourra le faire plus tard pour un prochain voyage en Afrique. On ne s’attarde donc pas plus. Si toutefois vous recherchez des informations, vous pouvez vous rendre sur le site de l’OMS : fièvre jaune.

  • la rage :

Transmission : Pas besoin de la présenter, la rage se transmet par le biais d’animaux. On pense notamment aux rats et aux chiens mais notre médecin nous parle aussi des singes. Nous rappelons que les singes, pourtant si mignons aux premiers abords, ne sont pas spécialement gentils… Il faut savoir qu’une simple griffure ou le léchage contre une peau ecorchée peu aussi suffir.

Symptomes : La rage touche essentiellement sur le système nerveux. Ca touche notamment l’activité cardiaque et la respiration. Le patient atteint de la rage a des difficultés à avaler et des troubles neuropsychiatriques (anxiété, agitation,…). Le point positif est que le virus évolue, tout d’abord vers le coma puis la mort!!! Assez réjouissant!!! Ca vous donne tout de suite envie d’aller faire un calin au premier singe que vous croisez!

Traitement : Heureusement, il existe un traitement antirabique qui consiste à 4 ou 5 injections réparties sur un mois. Auparavant, il est quand meme nécessaire de nettoyer la plaie pour essayer de limiter les dégats!

Conclusion : Chouette, il y a un traitement qui est maitrisé en plus car assez ancien! Le souci est qu’il n’est pas disponible dans tous les pays du monde. Par exemple, au Laos, pas de centre anti-rabique fiable… Et puis après tout passer un mois bloqué dans un pays, bien souvent autour de la capitale, pour faire les différentes injections, c’est à réfléchir. La possibilité d’etre mordu par un singe n’étant pas tout à fait à exclure, on a finalement choisi de faire ce vaccin.

carte_rage_1

  • l’hépatite A :

Transmission : Ce virus se transmet par l’eau ou la nourriture, lorsque les conditions d’hygiène ne sont pas respectées. Le virus provoque une inflammation du foie. Attention, vous pouvez aussi attraper ce virus lors d’une relation sexuelle avec une personne atteinte du virus ou en vous servant d’une seringue d’injection ayant été utilisée par une personne contaminée.

Symptomes : Il y a plusieurs symptomes qui interviennent après l’incubation du virus. Il s’agit notamment de fatigue (extremeˆˆ), de nausées et vomissements, de douleurs abdominales et musculaires en général, d’une perte d’appétit, du jaunissement de la peau et des yeux et enfin d’une urine foncée. Si vous etes atteints de l’hépatite A, vous n’aurez probablement pas l’ensemble de ces symptomes!

Traitement : Il n’existe aucun traitement spécifique! C’est votre corps qui éliminera le virus par ses propres moyens. En règle général, cela prend un à deux mois mais cela peut atteindre plus de 6 mois. Le traitement sera donc destiné à combattre les symptomes, le temps de votre guérison (médicaments anti-nauséeux, repos, arret de l’alcool,…). Il est à noter que, dans beaucoup de pays, les habitants sont immunisés de l’hépatite A. En Europe mais aussi en Amérique du Nord, ce n’est pas le cas car nous sommes trop aseptisés…

Conclusion : Nous avons choisi aussi de faire ce vaccin. C’est surement le grand classique pour les voyageurs (meme pour des petites durées). Nous n’allons pas spécialement manger dans des endroits très propres tout le temps, contrairement à nos précédents voyages.

carte_hepatiteA

  • la fièvre typhoide :

Transmission : C’est un peu comme pour l’hépatite A. Le virus se transmet soit par contact humain, soit par les aliments (des fruits de mer, coquillages, légumes crus,…).

Symptomes : La maladie se caractérise par la présence d’une fièvre élevée progressive (jusqu’à 40°C), d’insomnies, de troubles digestifs, de nausées, de crampes abdominales ou de diarrhées, dans la première semaine de contamination. Au cours de la seconde semaine, la fièvre se maintient aux alentours de 39-40°C avec le maintien des diarrhées. Vous serez aussi assez somnolents et pouvez avoir une éruction cutanée au niveau du tronc.

Traitement : Il existe des traitements antibiotiques pour ce virus. C’est tout de meme un virus qui peut etre fatal si il n’est pas traité et donc à prendre avec précaution.

Conclusion : Compte tenu de la possibilité de cumuler le vaccin contre l’hépatite A à celui contre la fièvre typhoide, nous avons choisi de le faire également. Probablement que si ça n’avait pas été le cas, nous ne l’aurions pas fait ou en tout cas nous aurions réflechi plus longtemps. La transmission étant la meme que pour l’hépatite A, c’est surtout le mode de traitement qui aurait pu jouer.

carte_fievre-typhoide

  • l’encéphalite japonaise :

Transmission : C’est essentiellement le moustique qui transmet cette maladie (moustique Culex). Elle sévit essentiellement en Asie, dans des zones rurales agricoles, pendant la saison des pluies.

Symptomes : Il n’y a pas réellement de cas types. Ce sont principalement une forte fièvre, une méningite ou une céphalée.

Traitement : Il faut savoir que 25% des cas graves ont une issue mortelle (réjouissant l’article). Pour les autres, il y a bien souvent des séquelles neurologiques permanentes. Il n’existe aucun traitement contre ce virus à l’heure actuelle. Seuls les symptomes sont traités, à l’image de l’hépatite A.

Conclusion : Nous avons repris les modes de transmission et les régions à risque pour ce virus. Alors que le médecin de l’ISBA nous indiquait qu’au mois de mai, nous aurions de la pluie en Chine, nous avons jugé que nous serons au tout début de la période des pluies et puis nous ne resterons pas très longtemps dans la zone pouvant etre concernée. Au final, nous ne nous ferons pas vacciner contre ce virus.

carte_encephalyte-japonaise

Pour le cout des vaccinations, voici les prix proposés par l’ISBA :

  • rage : 60 € x 3 injections
  • hépatite A (seule) : 60 €
  • fièvre typhoide (seule) : 40 €
  • hépatite A et fièvre typhoide : 96 € (remise « grand seigneur » du laboratoire, de quoi manger pendant une journée en Thailande!)
  • encephalite japonaise : 124 € x 2 injections

Notre mutuelle prend en charge jusqu’à un certain montant donc une partie des vaccins seront pris en charge. Si vous allez vous faire vacciner, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre mutuelle également! Nous pensons par contre que le cout des vaccins ne doit pas vous faire prendre votre décision. On parle de santé, pas d’une chambre d’hotel ou d’un trajet en bus !

Dernier point qui n’est pas un vaccin mais concerne une maladie assez connue des voyageurs, le paludisme. Notre médecin nous a confirmé : « pas de traitement sur du long terme ». Par contre, elle nous donnera des antipaludéens au cas où nous serions touchés. En attendant de pouvoir etre pris en charge, ça retarderait l’apparition des symptomes. Nous partirons aussi avec un répulsif pour essayer de se faire piquer le moins possible et ainsi limiter les risques de contamination (du paludisme mais aussi de l’encéphalite japonaise).

A très vite!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.